Verdun Agglomération Handball : site officiel du club de handball de Belleville-sur-Meuse - clubeo

ProLigue : Saran enchaine, Chartres suit, Nancy s'invite

12 novembre 2018 - 18:18

 France & ProLigue

Résumé de la 8° journée de Proligue.
Vainqueur à Sélestat par la plus petite marge, Saran conforte un peu plus son leadership. Chartres suit la cadence infernale du leader suivi par Nancy qui grimpe sur le podium. Tout en bas, battu par Cherbourg, Caen est plus que jamais lanterne rouge.   La D2 masculine deviendrait elle prévisible ? On peut le penser au vu de nos pronostics sur la 8° journée, un sans faute ! Plus sérieusement, en installant une hiérarchie "crédible", ce championnat jadis appelé le plus fou du monde semble trouver ses marques. Illustration de cette mise en place, le top 6 qui commence à se dessiner. Avec tout en haut, un leader, Saran, pour l'instant intouchable, un dauphin, Chartres, de plus en plus fort et quatre ou cinq poursuivants, plus ou moins étiquetés favoris qui s'accrochent. Seul invité surprise au (futur) festin des play-offs parmi la meute des cadors ayant déjà goûté aux délices du gotha hexagonal, Nancy. En recevant Limoges, candidat annoncé aux finalités de mai, la seule équipe à avoir pris des points (un) à Saran savait qu'elle jouait gros. Un succès la propulserait sur le podium, une défaite l'expulserait du top 6. Et c'est le second scénario qui semblait se dessiner à l'issue des trente premières minutes. Montées de balle, engagements rapides, caviars au pivot (Dude 5/7), la cavalerie limougeaude a survolé les débats (3-6 / 9-12 / 11-14, 29ème), faisant fi d'un énorme Ivezic auteur de treize arrêts à mi-parcours (20 à 48% au final). Changement de décor au retour sur le terrain. Nancy muscle son jeu et surtout sa défense. En moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire, les lorrains (Blanc 7/14) inversent une tendance jusque là limougeaude (14-16, 34ème / 19-16, 42ème), filant sans vergogne vers la victoire. Et le podium.

PRO 1 creteil-strasbourg_01a.jpg

 

A quatre points du leader, Nancy partage la troisième place avec Créteil et Massy, deux collègues ayant fréquenté l'élite il y a peu. Créteil n'a pas vraiment souffert pour venir à bout de Strasbourg. Vite devant (6-3, 9ème), les cristoliens (Sissoko 8/10) et un Robin intraitable (14 arrêts à 61%) avaient presque match gagné à la pause (17-9). Et si la suite est moins huilée voire poussive, offrant aux alsaciens (Mika 6/10) l'occasion de limiter la casse (20-15 / 24-21 / 29-26), l'USC va s'octroyer les deux points et conforter sa récente entrée dans le top 6. Encore moins de soucis pour Massy face à l'autre promu, Grenoble (Ioannou 4/4). Passée une première période à jauger un adversaire hyper investi (3-7 / 5-8, 17ème) et une prise de pouvoir certes tardive (10-9, 24ème / 13-10, 28ème) devenue évidente à la reprise (18-10, 37ème), Massy (Brkljacic 7/10) a déroulé son jeu rapide, facilité par des isérois trop gaspilleurs (18 ballons perdus). Grenoble, dixième, perd un point sur Nice (Deumal 9/11) et Vernon (Benali 6/8), ses deux plus proches poursuivants. A une première période chichement dominée par les azuréens (4-6 / 7-10 / 11-12, 30ème) ont succédé trente minutes de chassé croisé (12-12 /16-12 / 18-17 / 20-22, 55ème) débouchant sur un logique partage des points.

PRO 2 selestat-saran_034a.jpg

 

Le trio de poursuivants ne reprend rien au leader et à son dauphin. A Sélestat, il s'en est pourtant fallu de peu que Saran ne concède un second partage des points. De peu et d'un treizième arrêt (à 37%) de Sierra à dix secondes de la fin, l'ex parisien préservant in extremis un succès un peu tiré par les cheveux. A mi parcours (9-12), les loiretains, dominateurs, croyaient avoir le match en mains. Impression vite effacée par des alsaciens (De Beule 7/11) revenus avec de meilleures intentions. Sélestat recolle (13-13, 37ème) et dans la foulée du gros temps faible adverse passe devant (15-14, 40ème). Un avantage qui va gonfler - sans jamais dépasser les deux unités - et perdurer jusqu'au but de Cauwenberghs (5/9) à l'entrée du money time (23-22, 55ème). Ce but du gaucher belge sera le dernier côté alsacien. La suite ? Une montée de balle conclue par Lamazaa (4/4), Savic et Camara butant tour à tour sur Sierra, Ramond transformant sans trembler la balle de match, préservant par là même l'invincibilité du leader. De bon augure à une semaine de recevoir son dauphin. Chartres a lui aussi bien préparé le choc de la neuvième journée. Avec Kudinov (9/10) à la mène (Molinié en délicatesse d'une épaule étant préservé), un match rondement mené (8-5 / 12-10 / 18-14 / 21-15 / 27-20, 44ème), match que Dijon n'a jamais semblé en mesure de contrôler. Tout juste les bourguignons (Sobol 9/9), profitant d'une légitime baisse de régime de chartrains ayant match gagné, ont ils pu rendre l'addition un peu moins salée (35-33).

PRO 3 caen-cherbourg_02.jpg

 

Mauvaise opération pour Dijon qui préserve sa place dans le top 6 mais qui voit les poursuivants se rapprocher. A commencer par Cherbourg, vainqueur à Caen du derby bas normand. Ce match pour une anecdotique suprématie régionale, les mauves l'ont parfaitement abordé. Efficaces dans tous les secteurs de l'attaque, solides devant deux bons gardiens (Horvat 6 arrêts et Busa 9 arrêts), Cherbourg prend d'entrée le jeu à son compte (0-3, 5ème). Le drakkar viking prend l'eau de toutes parts et sans un Rosier (7/11) piquant l'orgueil de ses anciens camarades de jeu et quelques immanquables en fin de première partie, il aurait sombré corps et âme. A la reprise, Caen réagit, profitant des errances d'un adversaire pas vraiment sorti du vestiaire. En dix minutes, le combat change d'âme et Caen prend l'avantage (13-17, 33ème / 20-19, 44ème). Forts de cette miraculeuse prise de pouvoir, les supporters caennais entonnent même un "et ils sont où les cherbourgeois" un tantinet bravache. La réponse à cette question ne va pas tarder. La JSC est là et bien là. Un doublé de Cardinal (8/11), une ligne d'arrières omniprésente (Gunko 6/7, Curcic 3/4, Guillard 3/6), des arrêts opportuns signés Busa, Cherbourg reprend les rênes (23-25, 49ème) et va les tenir fermement, jusqu'au bout.  

Le diaporama de Sélestat - Saran par Fabien Jordhery

 

Le diaporama de Nancy - Limoges par Christophe Devoitine

 

Le diaporama de Créteil - Strasbourg par Lorie Couvillers  

 

© Philippe Dairou - Handzone    

 

Commentaires

REJOIGNEZ-NOUS !

 

214 Licenciés le 6/12/18